Citation de Neale Donald Walsch pour Changer de Vie | Faut-il Quitter sa Zone de Confort pour Vivre ?

Citation pour changer de vie de Neale Donald Walsch : quitter sa zone de confort pour vivre vraiment

Cette citation pour changer de vie de Neale Donald Walsch fait la part belle à la fameuse zone de confort. Mais pourquoi tant vouloir nous en faire sortir ?

Lorsque j’ai décidé de prendre une année sabbatique il y a déjà 18 mois de cela, j’avais envie de faire un break. Et de profiter davantage de la vie. En somme, on pourrait dire que j’ai d’abord pensé à mon confort !

Du coup, aurais-je décidé de m’en servir pour changer de vie si j’avais connu cette citation de Neale Donald Walsch, un écrivain américain ? 🤔

Life begins at the end of your comfort zone.

Neale Donald Walsch

Ce qui signifie dans la langue de Valéry Giscard d’Estaing (paix à son âme) :

La vie commence à la limite de votre zone de confort

Neale Donald Walsch

Bon, je n’étais quand même pas naïf au point de penser que j’allais pouvoir changer de métier en claquant des doigts… Mais faut-il vraiment sortir de cette zone de confort pour pouvoir changer de vie ?

Je suis persuadé que la réponse est “oui”. Pour au moins deux raisons.

Choisir sa nouvelle vie, c’est inconfortable

D’abord parce que l’expression consacrée “choisir une nouvelle vie” me semble inappropriée.

Ta nouvelle vie ne t’attend pas dans un tiroir, dans une pile parmi laquelle choisir comme pour un caleçon ou des chaussettes ! On devrait en fait y préférer “construire une nouvelle vie“.

Car cela passe par des choix forts à faire. Ce que l’on garde, ce que l’on est prêt à abandonner. Métier, niveau de vie, conjoint, amis, lieu d’habitation, loisirs… tout est susceptible d’y passer ! Après tout, tout changement a sa mélancolie.

Et pour faire ces choix, on échappe rarement à une étape d’introspection, pour mieux se connaître. Et savoir ce qui nous fait vraiment vibrer.

Si tu ne l’as pas découvert à 40 ans, laisse-moi te dire une chose : il y a peu de chances que tu aies la révélation allongé sur ton canapé devant ta série préférée !

Pour développer sa connaissance de soi, il faut se confronter à la nouveauté. Et elle est, par essence, inconfortable.

Appliquer la citation de Neale Donald Walsch

Dans mon cas, j’ai donc commencé par décider que je voulais plus d’autonomie dans mon travail. Et davantage profiter de la vie. Quitte à disposer de moins de moyens.

Je me suis tourné vers le blogging, qui m’a semblé cocher toutes les cases. N’imagine pas une minute que c’est une partie de plaisir !

Pas de méprise : c’est une activité passionnante ! Mais qui nécessite de nombreuses compétences que je n’avais pas. Il a donc fallu suivre une formation assez lourde.

Et surtout accepter de repasser par la case “Départ”. Je trouve cela particulièrement rafraichissant. Mais c’est certain que j’ai dû sortir de ma zone de confort ! Accepter de changer pour que ma vie change.

Et ce n’est pas terminé. Je viens de tourner ma première vidéo et c’est un sacré baptême du feu !

Alors non, ça n’a pas été simple ou confortable de :

  • décider de prendre une année sabbatique (et l’annoncer)
  • choisir d’utiliser ce temps pour me former à un nouveau métier
  • renoncer à revenir à mon ancien poste à l’issue des 11 mois
  • écrire mon premier article, publier mon premier podcast et enregistrer ma première vidéo

Mais pour revenir à la citation de Neale Donald Walsch, j’ai l’impression de revivre. De retrouver des émotions (positives comme négatives) qui font de chaque journée un moment unique.

Et ça fait un bien fou ! Alors je n’irais pas jusqu’à dire que ma vie ne fait que commencer. Mais prendre des risques est clairement une façon de relancer la machine !

Je t’invite à regarder cette conférence TED Talk très inspirante sur le même sujet (sous-titres en anglais disponibles). Comme le dit la conférencière, Yubing Zhang, “ça ne fait pas aussi peur que ça en a l’air” :

Et toi, as-tu essayé récemment de sortir de ta zone de confort ? Ou considères-tu qu’on peut changer de vie tout en y restant ? Je suis curieux de te lire dans les commentaires ci-dessous ! 👇

Partage l'article sur tes réseaux sociaux :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • goutelle dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord j’ai adoré ce livre donc je suis venue par curiosité voir ce que tu allais dire. Alors moi j’ai 46 ans et j’ai passé ma vie à partir de 19 ans à sortir de ma zone d’inconfort. Je crée le concept lol et je vais écrire un article. En fait, enfant indigo probablement, je n’ai pas réussi à tenir dans cet inconfort ambiant et ce n’est qu’en sortant de cette zone de faux confort que j’ai réussi ma vie. J’ai réalisé tous mes rêves. Mes enfants ne vont pas à l’école, on a fait le tour du monde ( pas tout quand même) surtout l’Amérique latine et une partie de l’Europe.Je travaille comme diginomade en faisant des séances EMDR par téléphone en faisant de la psychologie holistique et spirituelle… Pour aller plus loin sortir de sa zone de confort mais surtout arrêter de désobéir à son âme. Merci pour cet article qui m’a vraiment inspiré et ensoleillé ma journée!! merci infiniment!! laurencegoutelle.fr j’ai une chaîne you tube si vous voulez voir ce que je dis au même nom….je vous envoie à tous plein d’amour… et bravo pour ton site quelle merveilleuse idée!!!

  • Agnès dit :

    Bonjour,
    Ah cette fameuse zone de confort … une expression très tendance ! Le paradoxe, c’est que notre zone de confort peut être … très inconfortable ! Mais comme on la connait, on la préfère à l’inconnu.
    Je suis d’accord avec toi, pour changer, pour progresser, il faut sortir de sa zone de confort. Par petits pas ou radicalement, peu importe. Pour moi faire des choses nouvelles, rencontrer de nouvelles personnes c’est le sel de la vie.

  • Vero dit :

    Intéressante reflexion. Pour moi, tout notre cheminement personnel nous amène à essayer de créer cette zone de confort. La vie est une série de changements avec lesquels on est plus ou moins à l’aise et on va toujours essayer de se mettre dans une zone plus confortable – dumoins sur le plan matériel et intellectuel.
    Alors quand on y est et qu’on veut faire la démarche d’en sortir, c’est socialement contre intuitif et cela peut coûter beaucoup en effort. Mais souvent c’est parce qu’on a écouté notre coeur. Et en cela, c’est se connecter à la vie même.
    J’e ne sais pas si mon point est assez clair, mais merci pour ton partage qui fait mouliner ! 😄

  • Kevin Detem dit :

    Merci pour cet article Alexandre ! Je suis aussi convaincu qu’en restant dans sa zone de confort on ne change rien ou presque rien. Même si l’inconfort est minime, il faut faire ce pas en avant chaque jour.
    Félicitations pour ton avancement et la renonciation à ton ancienne vie 🙂

  • Alexandre Willocquet dit :

    Merci beaucoup pour ton commentaire, Laurence @goutelle. Effectivement, tu as l’air d’avoir une longue histoire avec les excursions hors de ta zone de confort ! J’aime bien ton expression : ” arrêter de désobéir à son âme” ! 🙂
    Tu as raison, @Agnès, une “zone de confort” n’est pas forcément aussi confortable que ça… réflexion intéressante, merci !
    Oui, on devine que ça mouline, @Vero ! 😂 Mais ne t’en fais pas, ça m’a l’air clair et je te rejoins : sortir de sa zone de confort est rarement une aspiration au départ. Parfois, c’est la vie qui nous l’impose et parfois, comme tu dis, c’est parce qu’on écoute son cœur (ou son âme, comme le dit Laurence) et qu’on en ressent le besoin !
    Merci pour ton commentaire, @Kevin. Oui bien sûr, il est possible de sortir progressivement de sa zone de confort, un petit pas chaque jour.