Qui Veut une Vie de Rêve ? Mon Défi Personnel – Ep. 1

0
Immense défi

Photo de Jukan Tateisi sur Unsplash

Tu n’as pas oublié… n’est-ce pas ?

Je le sens, je le sais, et cela me ramène à mes obligations. Celles de te tenir informé de mes progrès dans le cadre de mon défi fou : changer de vie.

Si jamais ta mémoire était moins bonne que je ne t’en fais crédit 😉 ou simplement si tu es nouveau sur ce site, tu peux raccrocher les wagons en lisant cet article.

Voilà un mois que je me suis fixé ce défi, ami lecteur, et je te dois des comptes ! Alors, vais-je tout droit vers l’échec ou ai-je eu des résultats spectaculaires ?

Grande nouvelle : je me suis lancé dans le blogging ! Tu le sais déjà ? Bien sûr, puisque tu me lis… Mais tu ne sais peut-être pas que j’entends en faire mon activité principale. Je t’explique ça dans un instant.

Et parce que réussir à changer, c’est difficile, j’ai accompagné ce défi personnel de différents autres petits changements a priori plus faciles, dans les 4 dimensions principales de ma vie.

Ce mois-ci, je partage avec toi plus bas mes avancées dans 2 d’entre elles :

  • spirituelle : j’ai défini une vision sensationnelle pour mon défi
  • physique : j’ai repensé mon alimentation avec la chrono-nutrition

Tu veux en savoir plus ? Une précision utile auparavant : cet article n’a pas pour but de flatter mon ego surdimensionné.

Mais de te faire réaliser ce qui est à ta portée si, comme 95% des Français, tu t’intéresses à un long congé comme le congé sabbatique.

Et de te rendre juge de mon évolution sur quelques semaines. Suis-je sur le bon chemin pour réussir mon challenge de changer de métier ?  Fais-toi ton opinion !

Mon défi personnel : changer de vie professionnelle

Défi contre le temps

Image de Myriam Zilles sur Pixabay

Je me suis donné les 11 mois de mon congé sabbatique pour évaluer sérieusement d’autres opportunités.

Afin d’avoir un vrai choix à faire le moment venu et non de reprendre par défaut un poste équivalent à mon précédent (si tu veux savoir ce que je faisais, consulte ma page A propos).

Plus de 3 mois ont déjà passé et il me semblait urgent de passer à l’action pour éviter la crise.

D’emblée, j’étais tenté par la création d’entreprise. Comme beaucoup de personnes. Pour la liberté et l’autonomie que j’y associe.

Quand je parle de liberté, tu peux entendre “désir d’indépendance”. Mais aussi simplement être riche de gérer mes horaires de travail et de m’installer où bon me semble.

J’ai commencé quelques recherches sur internet. Surprenant comme “création d’entreprise” t’amène rapidement à “indépendance financière” !

Il est vrai que de l’avis de beaucoup d’auteurs (par exemple Robert T. Kiyosaki dans “Père riche, père pauvre”), créer sa boîte est l’un des meilleurs leviers pour s’enrichir comme Crésus !

Étant par ailleurs à la recherche d’une façon de mieux gérer mes finances personnelles, j’ai soigneusement noté tout ça. Mais ce n’était pas ma motivation première et je me suis vite recentré sur mon sujet brûlant : quelle entreprise créer ?

Une entreprise au service de ma vie

Tu es exigeant ? Moi aussi : je voulais bien être mon propre patron, mais pas y consacrer toute ma vie pendant des années.

Je te vois venir : non, je n’ai pas cherché sur Google : “recette miracle pour une entreprise sans efforts”… si je m’autorise à rêver, j’essaye de garder quand même un peu la tête sur les épaules !

Laisse moi t’expliquer. Du travail, il en faudra toujours et c’est tant mieux. No pain, no gain, comme on dit outre-Manche, ça me va bien. Ça permet de tirer son épingle du jeu si on est persévérant, et je le suis.

Mais disons que quitte à envisager une reconversion professionnelle, j’avais mon propre cahier des charges. Je cherchais une opportunité de mieux équilibrer vie privée et vie professionnelle que dans mes précédents postes.

Il est possible (probable ?) que cela s’accompagne d’une rémunération globale moins importante, même sur le long terme. Mais mon défi est de maintenir ou améliorer mon salaire horaire.

Moins de pouvoir d’achat, mais plus de temps à passer avec mes proches et à assurer mon développement personnel ? J’achèèète !

Assez vite, une piste jackpot s’est dégagée de mes recherches. Et tu as déjà deviné laquelle.

Non, le blogging n’est pas mort

Blogging

Image de Pixabay

Eh oui, de nombreuses personnes vivent aujourd’hui encore de leur blog. Certains en vivent même visiblement très bien. Du genre des revenus à 6 chiffres.

Je devrais sûrement commencer par dépoussiérer l’image des blogs : ce ne sont pas (seulement) des “journaux intimes publics”. Bien sûr, l’idée d’y parler de soi peut subsister (c’est quand même un peu le cas de ce blog).

Mais comme pour toute entreprise, s’y ajoute désormais de façon incontournable la notion d’apporter une valeur unique à ses lecteurs. A commencer dans le contenu mis en ligne gratuitement.

C’est ce qui fera qu’un blog pourra être “monétisé” (pour employer un fort vilain mot).  A travers par exemple la vente d’e-books ou de formations en ligne incroyables à ceux des lecteurs qui souhaiteront approfondir un sujet.

Et non pas par la publicité. Ou bien alors de façon relativement marginale, contrairement à ce que beaucoup pensent.

Ta curiosité est piquée ? L’idée en tous cas m’a séduit. J’aime bien écrire et j’ai identifié plusieurs sujets sur lesquels je me sentais capable de le faire sans risques dans la durée.

Et puis travailler sur internet, c’est l’idéal pour pouvoir s’installer où l’on veut, tant qu’il y a du Wifi dans le coin 🙂

Le blogging, version minimaliste d’une entreprise

Un autre aspect qui m’a motivé, c’est qu’il est difficile de faire plus simple comme entreprise.

Pas de stocks à gérer et peu de logistique (pardon, de Supply Chain, comme ne manquerait pas de me le rappeler mon responsable du service du même nom !) par exemple.

Ce qui devrait permettre de me concentrer sur des aspects que je maîtrise moins bien et qui sont essentiels. Du dépôt des statuts au marketing, en passant par la comptabilité.

Une occasion d’apprendre des compétences qui seront transposables dans n’importe quelle autre entreprise par la suite.

Pas encore convaincu ? Sache alors qu’une fois un blog bien établi, il demande a priori relativement peu de temps à entretenir. Environ 10 heures pas semaine.

Même si je ratais mes débuts et qu’il n’était pas possible d’en vivre dans un premier temps, ce ne serait pas la catastrophe pour autant. Il me serait possible de continuer à le développer en parallèle d’une autre activité professionnelle.

Se mettre vite dans l’action pour réussir mon défi

Je dois dire que pour une fois, j’ai pris ma décision extraordinairement vite ! Parce que j’étais conquis ? Oui, en partie.

Mais aussi et surtout pour me mettre dans l’action le plus vite possible et ne pas me contenter d’acquérir une connaissance théorique.

Ça t’est déjà arrivé, à toi aussi ? De lire un livre formidable sur un sujet, d’en retirer plein d’idées géniales à appliquer… mais de décider de lire d’abord un autre très bon bouquin sur le même sujet.

Puis un autre… Etc.

Et de finir par ne pas appliquer grand’ chose ? J’étais décidé à ne pas rester dans ce cercle vicieux et à mordre dans mon défi à pleines dents !

J’ai donc décidé de m’inscrire à une formation largement testée et approuvée sur le blogging. Cela remonte à 2 mois.

Depuis, j’ai affiné les sujets sur lesquels je voulais me lancer (ce blog et un autre sur le management, qui devrait prendre son envol d’ici quelques semaines), créé les blogs et mis les mains dans le cambouis de leur paramétrage. Puis commencé à écrire.

La traversée du désert

Mais où étais-tu donc ? Au départ, un blog n’a pas de lecteurs. Stress et solitude au programme ! Et c’est inconfortable. A plusieurs points de vue.

On n’a ainsi aucune idée de l’accueil qui sera fait aux thèmes que l’on a retenus ou à la façon dont on les aborde… On ne peut pas non plus interagir avec ses lecteurs pour identifier les sujets qui les préoccupent le plus. Et sur lesquels les aider en priorité.

Clairement, c’est une période de doute. Car le travail à fournir au départ n’est pas négligeable. Je dirais 15 à 20h par blog chaque semaine, entre l’écriture et la poursuite de la formation (qui s’étale sur 10 mois).

Compliqué pour ceux qui poursuivent leur activité en parallèle… Et sans lecteurs, on se demande un peu si on ne se démène pas pour rien.

Or, le référencement dans Google est visiblement long. Très long… Il faut compter plusieurs mois avant de pouvoir espérer ressortir en bonne place dans les résultats des recherches d’internautes.

Et encore, à condition de maîtriser un minimum les bases du fameux SEO (Search Engine Optimization, tout un programme) !

Les réseaux sociaux à la rescousse

Heureusement, il y a les réseaux sociaux. Qui permettent d’orienter rapidement un peu de monde vers le blog, de le faire connaître à ses contacts puis de compter sur un peu de bouche-à-oreilles (comprendre : sur des partages de liens 😉 ).

Mais on n’y survit que dans la tyrannie de la nouveauté. Les jours où l’on publie un nouvel article, le trafic augmente. Mais entre deux articles, on retombe vite dans l’anonymat. Snif !

Tu te demandes sûrement de quels chiffres on parle ? Aujourd’hui, peu de temps après avoir parlé de ce blog sur LinkedIn, mon trafic quotidien s’établit à environ 50 personnes en moyenne.

C’est encore peu, mais crois-moi, c’est plutôt un bon départ quand je compare aux chiffres des autres “stagiaires” de ma promotion.

Je suis très reconnaissant à mon réseau d’avoir eu la curiosité de venir découvrir mes articles. Et d’y revenir lorsque le dernier né suscite son intérêt.

Mais bien entendu, l’enjeu sera d’attirer des milliers de lecteurs chaque mois. Y compris qui ne me connaissaient pas encore. Je te ferai suivre l’évolution de ce trafic dans le prochain bulletin de mon défi personnel !

La stratégie des petits pas : se transformer pour forcer sa chance

Très souvent, quand tu envisages un changement important dans ta vie, tu l’accompagnes ou le précèdes de plusieurs changements de moindre ampleur.

Plus faciles à réaliser, ils représentent autant d’opportunités de petites victoires. Qui vont te donner une formidable confiance en toi et rendre crédible ton véritable défi personnel.

C’est ce que j’ai fait plus ou moins consciemment. En me fixant des objectifs de “développement personnel” visant à me faire évoluer vers une meilleure version de moi-même.

Ces objectifs relèvent chacun de l’une des 4 dimensions de la vie (physique, émotionnelle, mentale, spirituelle). Ce mois-ci, je voulais partager avec toi quelques-uns de mes progrès sur les axes spirituel et physique.

Axe spirituel : donner du sens à mon défi fou

Ma plus belle avancée spirituelle a sans doute été de me former à la méditation et de la pratiquer tous les jours depuis bientôt 3 mois. Mais j’y ai déjà consacré un article et je te parlerai donc ici plutôt d’une autre contribution fondamentale.

Se connecter avec ses valeurs

As-tu déjà ressenti ça ? J’avais en moi depuis quelques temps le besoin de changer quelque chose d’important dans ma vie.

D’où ma décision de demander un congé sabbatique pour faire le point. Réfléchir à ce que je cherchais, ce qui comptait pour moi et que je n’arrivais pas assez à satisfaire jusque-là…

Au début de mon congé, j’ai vite décidé que la liberté et l’autonomie étaient importantes pour moi, d’où ma décision de m’intéresser à la création d’entreprise.

Ce sont deux de mes valeurs, que j’ai identifiées en réfléchissant à celles que je voudrais transmettre à mes fils.

Qu’en penses-tu, pas mal pour un début, non ? Mais pour avoir des chances de réussir une reconversion professionnelle, il faut bien plus qu’une intuition ou même que des valeurs.

Il faut une vision particulièrement claire et inspirante de celui que l’on veut devenir.

Savoir dès le départ où je voulais aller

Boussole direction

Image de StockSnap sur Pixabay

Comme je l’ai évoqué, j’avais aussi la volonté d’avoir une entreprise au service de ma vie, et pas l’inverse. Il me fallait donc, outre mon métier, également identifier la vie de mes rêves, celle que mon défi fou devait me permettre de réaliser.

Et voilà la vision que j’ai formulée progressivement :

“dans 5 ans, je serai un entrepreneur reconnu et un mentor sécurisant pour plusieurs personnes. Je possèderai des business au service de ma vie et j’aurai orienté mon épargne vers des investissements passifs, permettant de me procurer des compléments de revenus significatifs. Je pourrai ainsi libérer du temps pour apprendre de nouvelles choses, entretenir ma forme physique et profiter de la vie avec mes amis. J’habiterai à Barcelone avec mon épouse, mais nous vivrons la moitié du temps en voyage, à la découverte d’autres cultures ou pour rendre visite régulièrement à mes 2 fils, nos familles et nos amis”

Peux-tu le croire ? C’est impressionnant l’énergie qu’une telle vision me donne au quotidien… Pour être sûr de ne pas la perdre de vue, j’ai réalisé il y a peu le photo-montage ci-dessous.

C’est actuellement le fond d’écran de mon ordinateur et il me reste à l’imprimer pour l’afficher à différents endroits dans notre maison 🙂

Motivation pour mon défi personnel

Avoir mis au clair mes valeurs et identifié la vie que je voulais mener à travers mon changement professionnel a eu un impact profondément apaisant : j’ai le sentiment d’y voir clair et de savoir pourquoi je me bats.

J’aimerais quand même davantage préciser le sens que je veux donner à mon action et plus largement à ma vie. J’espère que je pourrai t’en parler lors d’un prochain bilan !

Forme physique : changer d’alimentation

Améliorer sa forme physique est probablement le premier défi que se fixent ceux qui veulent s’engager dans un changement important. Je n’ai pas fait exception. Je te parlerai aujourd’hui de mon alimentation.

En effet, je voulais stabiliser et même inverser la tendance particulièrement insidieuse prise par mon poids depuis quelques années.

Rien de spectaculaire, mais les kilos s’additionnaient néanmoins au fil du temps, et malheureusement pas pour se loger dans du muscle… Ça évoque quelque chose pour toi ? 😉

J’ai donc décidé de reprendre une activité physique plus régulière, mais aussi de changer quelque chose dans mon alimentation.

Depuis quelques mois, nous faisions davantage attention à ce que nous mangions avec mon épouse. Et les premiers résultats étaient là, ce qui m’a encouragé à creuser cette piste.

Qu’est-ce que la chrono-nutrition ?

C’est par hasard qu’un matin, au début de mon congé, j’ai entendu parler de la chrono-nutrition.

J’étais seul à la maison et pour combler le vide, j’avais laissé la radio au-delà de la traditionnelle “matinale” qui accompagne notre réveil. Et j’ai entendu un entretien du Dr. Delabos, qui présentait les avantages de sa méthode.

Mon propos n’est pas de la détailler, il y a un site internet dédié qui le fera mieux que moi.

Je ne t’en ferai pas non plus l’article en comparaison à d’autres méthodes, je pense que chacune a ses spécificités. Et peut convenir aux uns ou aux autres en fonction des travers à corriger et des sacrifices qu’ils sont prêts à consentir pour cela.

Je me contenterai de dire que ce qui a retenu mon attention, c’est qu’il ne s’agit pas d’un régime à proprement parler, parce qu’on mange pratiquement de tout et dans des quantités équivalentes, voire supérieures, à celles que j’ingurgitais jusque-là.

Mais le principe est de manger les aliments au bon moment. Par rapport à la façon dont on veut qu’ils soient métabolisés et digérés.

Pour donner un exemple, je mange désormais beaucoup de fromage, mais le matin, au petit déjeuner. Et les aliments sucrés sont réservés à un goûter qui est obligatoire, le dîner étant lui facultatif et léger.

Il est prévu 2 repas “joker” par semaine dans lesquels on peut manger (et boire) ce que l’on veut. Très honnêtement, c’est beaucoup moins contraignant que ce que j’imaginais.

De premiers résultats rapides… et durables ?

régime

Image de Pixabay

Dans mon cas, cette méthode a apporté des résultats plutôt rapides. Je n’ai perdu “que” 3-4kgs en 3 mois, mais j’en avais déjà perdu 2,5 les mois précédents. Et je ne suis pas persuadé que je ne les aurais pas repris sans méthode.

Je suis donc satisfait et mieux, je pense que la baisse peut se poursuivre. Je le vérifierai car je compte bien poursuivre au moins plusieurs mois encore, ce qui aurait été impossible avec un régime traditionnel.

Par ailleurs, la chrono-nutrition vise à apporter un changement au niveau de la morphologie plus qu’au seul poids. Afin de se rapprocher d’un standard que l’on détermine à partir de sa taille et de son ossature (tour de poignet).

Très rapidement, mes amis ont ainsi vu un changement au niveau de mon visage, qui s’est affiné.

Enfin, je surveillais périodiquement mon cholestérol après quelques résultats en fourchette haute lors de mes derniers bilans sanguins.

J’ai réalisé une prise de sang un peu plus de 2 mois après avoir commencé la chrono-nutrition. C’est le bilan le plus équilibré que j’ai eu au cours de ces 5 dernières années !

Bref, oublie les détails, je ne vends pas la méthode et elle n’aura pas forcément le même intérêt pour toi.

Mais retiens par contre l’essentiel : il est possible et même finalement assez facile d’apporter un changement significatif à ta silhouette en modifiant ton alimentation. Premier quick win qui renforce ma détermination pour mon défi de changer de vie !

Mon défi fou : en conclusion

Tu connais maintenant l’essentiel de ce que j’ai mis en place depuis un mois pour améliorer mes chances de réussir mon défi. Cela suffira-t-il ?

Il est clairement trop tôt pour le dire. Mais je ressens en tous cas l’intense satisfaction de ne pas trop avoir traîné en chemin, de m’être mis rapidement dans l’action.

Les quelques réussites glanées sont précieuses, car il y a et il y aura de toute évidence des moments de doute. Pas simple d’alimenter un blog en vue d’une audience future, sans savoir si on va dans la bonne direction et si on aborde les bons sujets !

C’est pourquoi je t’encourage vraiment à participer au développement de ce blog en utilisant les commentaires des articles, à commencer par celui-ci 🙂 . Dis-moi ce que tu en penses et s’il y a des sujets que tu aimerais que je détaille davantage.

Enfin, mon histoire en tant que telle n’a pas une grande importance pour toi. Elle n’en aura que si tu peux en tirer quelques enseignements puissants et passer toi-même à l’action :

  • peux-tu identifier quelques changements rapides que tu pourrais mettre en œuvre pour renforcer ta confiance en toi ?
  • si tu a également envie de relever le défi de changer de vie, peux-tu décrire avec suffisamment de précision ta vision motivante ?

Oui ? Alors j’ai envie de te dire : “juste fais le !” 😀 Et indique-le dans les commentaires ci-dessous, cela pourra inspirer d’autres lecteurs. Si cet article t’a plu, sens-toi libre aussi de le partager sur tes réseaux sociaux pour qu’il puisse profiter à d’autres.

Dans l’attente, n’oublie pas que :

Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement

Francis Blanche

Je te souhaite une excellente semaine !

PS : tu peux consulter la suite de mes aventures dans l’épisode 2 !

0
Partage l'article sur tes réseaux sociaux :
  •  
  • 29
  •  
  •  
    29
    Partages
  •  
    29
    Partages
  • 29
  •  
  •  

5 réflexions sur “Qui Veut une Vie de Rêve ? Mon Défi Personnel – Ep. 1”

  1. Un article très intéressant pleins de conseils
    Une très bonne idée pour le blog sur le management. J’ai hâte de le découvrir et de le lire surtout 🙂
    Très bel objectif pour Barcelone.

    Merci Alexandre pour le partage de ces bilans

    1+
  2. Merci Caroline, content que ça t’ait plu !
    Pour teaser un peu plus, l’idée de mon autre blog sera de décoder des situations de management à travers des exemples tirés d’œuvres de fiction, séries TV en premier lieu.
    Barcelone est une superbe ville et nous avons envie d’aller tenter une expérience à l’étranger, c’est venu tout naturellement.
    0
  3. Bonjour Alexandre, merci pour ce teasing. J’ai également hâte de lire la suite et surtout que tes rêves deviennent un bout de nos réalités 🙂
    1+
  4. Merci Smaïl, c’est sympa. Je vais faire de mon mieux et de toutes façons, je partagerai ce que j’en retire, en bon ou en moins bon. A bientôt.
    0
  5. Je te lis avec intérêt. Merci pour ce partage. Le besoin de passer plus de temps avec ceux qui me sont chers et la sensation de ne pas avoir assez appris d’eux (éprouvé fortement au décès de mon père) sont des évidences qui occupent de plus en plus mes pensées. La vie professionnelle envahit sournoisement notre temps, notre sphère privée et peut rapidement nous vider de notre énergie. Ton choix est courageux et va raisonner chez bon nombre de personnes.
    1+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.