Je Suis Pas Content : Comment y Remédier ? Mon Défi Personnel – Ep. 5

2+
Je suis pas content et ça se voit sur mon visage
Photo de Andrea Piacquadio provenant de Pexels

Non, je suis pas content… Ça t’est déjà arrivé de passer du chaud au froid ? D’avoir l’impression d’être le jouet de je ne sais quelle divinité facétieuse ?

Un peu comme si on te faisait passer par des montagnes russes émotionnelles. Tu vois de quoi je veux parler, n’est-ce pas ? Ça te prend par surprise au moment où tu t’y attends le moins… Pan, un coup sur le bec ! Juste quand tu crois réussir. Plus dure est la chute.

C’est ce qui m’arrive ce mois-ci. Pour m’être sûrement vu trop beau le mois dernier, j’accuse le (contre)coup sur les indicateurs de ce blog. Lien de cause à effet ? Je ressens également une baisse de motivation à écrire

Mais tu commences à me connaître si tu me suis depuis que je me suis lancé un défi. Pas question de baisser les bras ! Et je vais t’expliquer comment arrêter de broyer du noir en pareilles circonstances. Quand je suis pas content, je mets les bouchées doubles ! Parfois un peu trop…

Comme d’habitude, voyons dans le détail comment j’ai développé mon activité de blogueur ces dernières semaines. Ensuite, je te parlerai des routines que j’ai mises en place depuis le début de mon congé sabbatique. Et enfin, j’évoquerai une routine que je n’arrive pas à mettre en place : la micro-sieste (pour ça non plus, je suis pas content !).

“Allez viens avec moi, je t’embarque dans ma galère”, chantait Renaud. C’est un peu la couleur de ce 5ème billet mensuel. Mais promis, si tu m’y accompagnes, on profitera ensemble du vent qu’on a, dans l’dos ! 😉

Je suis pas content des résultats de mes blogs

Tu le sais, je me forme au blogging et cherche à terme à pouvoir vivre de mes blogs. Cela passe par une croissance régulière du nombre de lecteurs (le “trafic“), dont certains deviendront un jour des clients. A ce stade, la priorité est donc de continuer à faire croître (nombre de publications) et connaître mes blogs.

Une productivité en berne

Depuis mon dernier bilan, 6 semaines se sont écoulées. Durant lesquelles 4 nouvelles publications se sont ajoutées au blog. Comme tu le vois, c’est en dessous de mon objectif de 1 publication par semaine sur les premiers mois de vie du blog.

L’une de ces publications est une interview d’expert au format podcast audio (accompagnée d’une transcription texte). Je t’avais annoncé le mois dernier que je comptais développer ce format, à raison probablement d’une interview par mois (la prochaine est en préparation).

A ces nouvelles publications s’ajoutent l’enregistrement d’une version audio pour les 2 premiers bilans de mon défi. Tu peux les trouver directement dans les articles concernés, ou bien dans la toute nouvelle page Podcast du blog. Sur celle-ci, tu trouveras toutes les instructions pour t’abonner gratuitement à ce podcast sur ta plateforme préférée (Apple Podcasts, Spotity…).

Au total, il y a donc 6 publications nouvelles ou “podcastées”. Mais je vais être honnête avec toi : enregistrer une version podcast d’un article existant me prend bien moins de temps que d’écrire un nouvel article. Environ 2h par podcast, une fois la technique prise en main. Mon idée était de le faire en plus des nouveaux articles.

Bref, tu l’as compris : je suis pas content de ma production ! Cela d’autant plus que c’est marée basse sur mon second blog, Leaders en Série. Sur la même période, je n’y ai publié que 2 articles. Et là, pas encore de podcast. Même constat que le mois dernier : ces articles sont beaucoup plus longs (à écrire, et plus longs tout court !).

Je suis énervé, car ce n’est clairement pas encore le moment de lever le pied ! Ce rythme insuffisant trouve en partie son explication dans une baisse de motivation dont je te parle plus bas.

“Google m’a tuer”

Squelette portant des Google glasses et symbolisant Google m'a tuer
Photo de Andrea Piacquadio provenant de Pexels

OK, je ne suis pas le jardinier d’une riche propriétaire sur la Côte d’Azur et ma situation n’a rien d’aussi tragique. Mais je suis pas content après Dieu le Père des moteurs de recherche… Commençons donc par parler des résultats de mon référencement organique (ou SEO).

Le mois dernier, le visibilité de mon blog sur Google a été de 38 impressions / jour. En progrès de 11% par rapport au mois précédent. De quoi je me plains, te demandes-tu peut-être ?

D’abord, de voir une décélération très nette sur cet indicateur mensuel. Comme je te l’avait dit, il suivait une exponentielle depuis la création du blog. Qui aurait permis d’avoir un nombre d’impressions honorable d’ici quelques semaines. Patatras…

Pire, les résultats ont fléchi sur la second partie du mois, qui est pour la première fois en net retrait par rapport à la première. Ce qui n’augure rien de bon pour le mois à venir…

Deux facteurs peuvent avoir contribué à ce tassement :

  • la fin de la période de confinement en France à peu près au même moment, avec potentiellement moins de monde sur internet (donc moins de recherches sur Google)
  • un changement majeur d’algorithme annoncé par Google

Je suis prudent sur le premier point, même s’il peut aussi avoir contribué a contrario aux très bons résultats le mois dernier.

Concernant le second, il faut savoir que Google change périodiquement son fameux algorithme en revoyant la pondération de ses paramètres (pour beaucoup gardés secrets). C’est un peu la loterie : si c’est bénéfique à certains, c’est la douche froide pour d’autres !

Je ne peux bien sûr pas affirmer à 100% que c’est la cause de mon malheur. Mais c’est l’explication la plus plausible.

Bison Futé annonce un trafic (trop) fluide

Tu l’as compris si tu me suis depuis quelques mois dans mes aventures, le fameux nombre d’impressions ci-dessus est en quelque sorte un “indicateur avancé”. Qui me permet d’évaluer la progression de mon blog dans les recherches Google. Et qui annonce donc la tendance du trafic naturel (ou organique) sur les prochains mois.

Mais le juge de paix reste le trafic actuel, que je mesure en nombre de vues uniques avec Google Analytics. Le mois dernier, il s’établit à 24 vues uniques / jour, en retrait de 16%. Là, il ne s’agit plus de décélération ou de tassement, mais bien d’une baisse…

Pour le coup, je ne peux pas tout mettre sur le dos de Google. Le trafic organique étant encore très faible (1,8 clic / jour, en baisse de 20%), ce n’est pas lui qui explique cette baisse du trafic global sur mon blog.

Comme je l’annonçais le mois dernier, je pense que je paye en quelque sorte le contrecoup des très bonnes performances du mois précédent. Pour mémoire, celles-ci avaient été dopées par la publication d’un article invité sur un autre site. Ainsi que par l’organisation d’un carnaval d’articles sur ce blog.

Tu y ajoutes un possible effet déconfinement, et nous avons probablement les raisons de ce recul. Qui est à l’origine de mon mécontentement, car je m’étais :

  1. conditionné pour le succès en changeant d’état d’esprit (être sûr de soi)
  2. habitué aux bons résultats du mois précédent et encore plus à la tendance à la hausse

Si tu as connu pareilles mésaventures, des hauts suivis de bas, tu comprends sûrement mon agacement. Mais il n’est pas question de le ruminer plus que nécessaire. Et heureusement, tout n’est pas noir sur les dernières semaines.

En dépit de cette déception, j’ai récemment fêté les 5000 visites depuis la création du blog. C’est un chiffre qui m’aurait semblé énorme au début ! 🙂

Toujours porté par la communauté

Homme porté par la foule
Photo de Johannes Havn provenant de Pexels

Au risque de me répéter, la blogosphère est une grande famille. Tu vas finir par me prendre pour un Bisounours, mais j’adore cet esprit d’entraide !

Le groupe Facebook ouvert il y a peu dans le cadre de ma formation est très dynamique. Il comporte actuellement près de 1000 membres, rien que ça ! Je peux y poser n’importe quelle question, demander un avis, sous quelques heures j’ai généralement un retour bienveillant. De quoi remonter le moral et gagner du temps !

Cela ne m’empêche pas de poursuivre mes échanges en parallèle avec quelques blogueurs, par mail ou par téléphone. Au programme : partage de retours d’expérience, petit challenge amical…

J’ai également publié ce mois-ci l’un de mes articles dans le cadre d’un événement interblogueurs sur le thème “Comment faire face à ses émotions et continuer d’avancer ?”. Après avoir organisé un tel carnaval d’articles sur ce blog, c’était mon tour d’y participer. L’occasion d’écrire sur un sujet que je n’aurais probablement jamais abordé par moi-même !

En revanche, pas de très bonnes nouvelles concernant l’article invité que j’ai soumis sur le blog Habitudes Zen. Oh, il a été accepté après quelques corrections. Mais il n’y sera pas publié avant plusieurs mois !

C’est un peu la douche froide car je comptais dessus pour donner un coup de fouet à mon trafic comme au référencement. Je suis pas content, mais je n’ai qu’à m’en prendre à moi-même : c’est la rançon du succès de ce blog ! Pour être publié plus vite, je suppose qu’il vaut mieux s’adresser à des blogs peut-être moins en vue, mais qui ont moins de sollicitations…

Et en parlant de communauté, un dernier indicateur : 54 personnes sont désormais inscrites à ma newsletter. Pourquoi tu ne les rejoindrais pas ? 😉

La promotion sur les réseaux sociaux

Comme je te l’expliquais lors de mon dernier bilan, j’ai essayé d’animer davantage les réseaux sociaux qui gravitent autour de ce blog. Tu trouveras les liens dans la barre de droite. Les résultats au bout de près de 6 semaines sont très mitigés.

Certes, partager régulièrement de l’information sur Facebook et Twitter augmente un peu la portée des pages du blog. Le nombre de personnes touchées (qui “voient” une de mes publications) est plus élevé et plus régulier au bout de plusieurs semaines de publication régulière.

Mais ça reste faible sur Facebook (environ 30 personnes touchées par chaque publication). Et ça se transforme rarement en “like” ou en abonnement. Encore moins en commentaires.

Compte tenu du temps élevé que cela représente (une heure par jour pour mes 2 blogs), j’ai décidé il y a quelques semaines de mettre fin à l’expérience pour le moment. Sauf exception, j’y partagerai essentiellement la sortie des nouveaux articles sur le blog.

J’utiliserai le temps récupéré pour tester d’autres formes de promotions, car il est évident que cela reste indispensable tant que le trafic organique n’est pas au rendez-vous.

Je suis pas content de l’avancement de ma formation

J’ai à nouveau peu avancé sur ma formation blogging ce mois-ci. Je m’astreins à suivre les instructions à la lettre et à ne passer au module suivant qu’une fois toutes les consignes appliquées. Or, j’en suis arrivé à un gros morceau : les vidéos. Et je ne comptais m’y investir qu’une fois que je maîtriserais suffisamment bien les podcasts audio.

Mais je dois reconnaître que cela alimente ma frustration. Je suis pas content, car les mois passent et je n’ai pas atteint la moitié de cette formation… Je pense que je vais donc rapidement franchir le cap, même si je n’ai pas fini d’enregistrer les articles les plus populaires du blog au format audio.

En contrepartie et en réaction à mes mauvais résultats sur le référencement, j’ai suivi une formation sur le SEO. Elle m’a permis de revoir les bases, mais aussi de découvrir quelques astuces pour mieux structurer mes articles.

Je pense que mon souci principal reste de judicieusement choisir des mots-clé. Je suis reparti à la recherche d’explications sur différents blogs spécialisés.

Et le reste de mes journées ?

Le blogging m’occupe probablement 3-4h par jour en moyenne (7j/7). Etant en congé sabbatique, comme tu le sais, cela me permet de m’adonner à plein d’autres activités. 🙂

Des routines toujours bien ancrées

Je tiens toujours bon le cap sur mes routines quotidiennes, avec au compteur à ce jour :

  • 41 heures cumulées de pratique de méditation
  • 1700 mots d’espagnol appris dans Memrise / 1050 dans MosaLingua (avec beaucoup de recouvrement)
  • 147 séances de workout
  • 7 mois de chrononutrition

J’ai décidé de compléter ma formation en espagnol en commandant une série audio spécialement conçue pour les débutants par MosaLingua. Cela me permet de bien travailler la compréhension orale.

Voilà selon moi l’un des secrets pour garder le cap, même quand on est pas content : s’assurer d’avoir plusieurs projets au feu ! Dans différents domaines de ta vie. C’est une question d’équilibre, mais c’est aussi une excellente façon de ne pas céder au catastrophisme, en réalisant que tout n’est pas noir.

Une résistance irrationnelle à la sieste

Femme faisant la sieste la tête sur un livre

Photo de Andrea Piacquadio provenant de Pexels

Présenté comme cela, tu peux avoir l’impression que “tout me réussit”. Ce n’est pas le cas ! J’ai tenté de mettre en place certaines routines qui n’ont pas pris. C’est le cas en particulier de la micro-sieste (de 20 minutes).

Je suis pourtant absolument persuadé de ses bienfaits. J’ai même essayé de la “sponsoriser” dans mon usine l’an dernier, me heurtant à des oppositions inattendues…

Je ne dors pas assez la nuit (environ 6h30) : j’ai pourtant un sommeil de qualité, mais je suis un incorrigible couche-tard… Même si la sieste ne remplace pas une bonne nuit de sommeil, j’ai donc toutes les raisons d’intégrer cette pratique dans mon quotidien ! Et pourtant, rien à faire…

Au début de mon congé, je m’y suis testé régulièrement, sans franchement réussir à m’endormir. De ce point de vue-là, c’est nettement mieux sur mes dernières tentatives. Je ne le fais plus à heure fixe, mais quand je sens un “coup de barre”. Malgré tout, j’ai du mal à me résoudre à en prendre le temps.

Car oui, même en congé sabbatique, on peut subir la pression du chronomètre ! Mes résultats ne sont pas au beau fixe, bien difficile de se prononcer sur la viabilité économique de mon projet… du coup, j’ai du mal à accepter de “perdre” 20 minutes de plus pour aller me reposer. Même si je sais que ce serait un excellent investissement de mon temps !

Je te raconte cela pour 2 raisons :

  • te montrer que je suis loin d’être infaillible
  • prendre un engagement envers toi

Je suis en effet persuadé de la puissance des engagements publics. C’est pourquoi je t’annonce ici ma résolution de tester la micro-sieste sur le mois qui vient, à raison de 5 jours par semaine. Je te ferai un retour lors de mon prochain bilan mensuel ! 🙂

Un problème de motivation

Pour terminer cet article, je voulais revenir sur un problème que j’ai évoqué au début. Une partie de mon manque de productivité est due à un problème de motivation. Je pourrais te dire que cette démotivation est due au manque de résultats, et ce serait en partie vrai. C’est le traditionnel problème de la “traversée du désert”, amplifié par l’effet montagnes russes. 😉

Mais à vrai dire, un autre facteur entre en jeu, il s’agit d’une forme de lassitude. Rassure-toi, je ne veux pas dire par là que je n’ai plus le goût de blogger ! En revanche, je pense que je paie l’absence de break dans mes semaines de travail

Lorsque j’ai commencé mon congé sabbatique, j’ai établi un agenda standard pour m’assurer de n’oublier aucune des activités qui me tenaient à cœur. Devant la pression des résultats que je me suis mise, j’ai progressivement écarté cet agenda pour prioriser mes blogs. Or, il prévoyait en particulier de souffler le week-end.

Est venu s’ajouter l’effet du confinement. Dans mon cas, il n’a pas vraiment modifié ma routine quotidienne. Mais en supprimant activités extérieures comme week-ends et vacances en famille, il m’a donné un alibi pour blogger non-stop

Or il s’agit clairement d’un marathon, et non d’un sprint. Et je pense qu’il vaut mieux répartir mes 20 heures de blogging sur 5 jours que sur 7. Afin de vraiment couper le week-end. Ainsi que m’accorder une semaine complète de vacances de temps en temps. Car paradoxalement, j’ai pris moins de vacances depuis le début de mon congé que quand je travaillais 😉 

Ce sera l’un des mes challenges sur les prochaines semaines : lever paradoxalement le pied au moment où mon instinct me pousse à accélérer ! Ce serait quand même un comble de faire un burn-out pendant une année sabbatique, non ? 

Je suis pas content : maintenant tu sais pourquoi

Giphy

Tu as sûrement tes propres sources d’irritation et d’insatisfaction. Sur lesquelles tu te focalises, au risque d’amplifier le problème. Je te comprends parfaitement, je suis en plein dedans…

Tu connais maintenant ma frustration sur mes résultats de trafic et de référencement naturel. Mon mécontentement devant l’avancement très lent de ma formation. Et mon incapacité à mettre en place une routine aussi saine que la micro-sieste quotidienne !

Heureusement, il existe des solutions pour sortir de ce cercle vicieux, et j’en ai partagé quelques-unes avec toi :

  • s’assurer (quand tout va bien) d’avoir plusieurs centres d’intérêt, plusieurs projets pour contrebalancer les déceptions sur l’un d’entre eux
  • être capable d’avoir plus de recul que moi pour comprendre qu’il faut parfois lever le pied quand les résultats ne suivent pas

Si t’es pas content actuellement, cela te semblera peut-être futile ou trop compliqué à mettre en place. Après tout, en as-tu vraiment le temps ? 😉

OK. Je te propose alors d’identifier une seule activité qui te tient à cœur, que tu continues à pratiquer et dans laquelle tes résultats sont conformes à tes attentes. Indique-là dans les commentaires ci-dessous. Et prends le temps de réaliser que tout ne s’écroule pas parce que l’un des tes projets marche moins bien que prévu.

Moi, je suis pas content, mais je n’oublie pas ce que j’ai compris il y a quelques semaines. Qu’être sûr de soi, c’était la clé du succès. Et que c’est en étant persévérant que j’ai réussi à rapidement rebondir. Si je l’ai fait une fois, je saurai le refaire. Et toi ? 🙂

 

Cet article t’a plu ? Indique le en cliquant sur le petit pouce gris ci-dessous ! Tu l’as trouvé utile ? Pourquoi ne pas en faire profiter tes réseaux sociaux à l’aide des icônes sur ta gauche ?

Pour t’aider à prendre du recul, je partage avec toi pour conclure ce proverbe belge :

Que celui qui n’est pas content de son voisin recule sa maison.

2+
Partage l'article sur tes réseaux sociaux :
  •  
  • 6
  •  
  •  
    6
    Partages
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  

14 réflexions sur “Je Suis Pas Content : Comment y Remédier ? Mon Défi Personnel – Ep. 5”

  1. Salut Alexandre,
    Je comprends ton coup de mou, on en a tous en tant que blogueurs. J’ai moi-même traversé des moments où je n’avais plus envie. Mais la passion reprend toujours le dessus. Fort heureusement.
    Je te conseille de lever le pied quand tu en ressens le besoin. Tu peux profiter de l’été qui arrive pour faire le point, et pourquoi pas, décider de laisser tomber ton second blog. Perso, je pense qu’un seul blog travaillé à fond vaut mieux que 2 ou 3 blogs.
    1+
  2. Merci pour tes encouragements et tes conseils, Jennifer ! Oui, j’ai été touché, mais pas coulé ! Je suis déjà reparti de l’avant 😉 Mais je vais effectivement lever le pied plus fréquemment. Et je prendrai une décision d’ici quelques semaines pour mon second blog. Je voudrais y terminer mon défi avant d’éventuellement le mettre en stand-by.
    0
  3. Coucou Alex, j’ai vécu la même problématique de travail non stop… qui m’a aussi coûté une fracture 😁 savoir poser des limites est indispensable et finalement je me suis rendu compte que j’étais tout aussi efficace en y passant moins de temps !
    Lorsque j’ai un coup de mou, je me réfugie dans des activités ressources qui me font respirer : Running, lecture et conférence tedx ! J’y apprends toujours quelque chose 😊
    1+
  4. Hello ! Oui, je suis d’accord sur les limites à poser. Souvent plus facile à dire qu’à faire, cela dit 😉
    Merci pour tes conseils “anti-calgon” ! J’aime beaucoup TED également. Impressionnant tout ce qu’on peut y trouver, et c’est bien souvent très inspirant.
    0
  5. Bonjour Alexandre,
    C’est chouette de voir l’évolution de ton blog et de ton projet! Cet article est très interessant, il rappelle qu’il est important de ne pas s’oublier 😉 Souffler les week-end c’est important. Accepter aussi que l’on ne peut pas tout contrôler (malheureusement 😉 ). Bonne continuation!
    1+
  6. Bonjour , c’est sympa de te retrouver ici ! 🙂 Oui, tout à fait. Il n’y a visiblement pas que la durée hebdomadaire du travail qui compte. Merci pour tes encouragements.
    0
  7. Salut Alex ! Merci pour cet article plus que transparent !! Ce qui est certain c’est que n’importe quelle personne qui se lance dans le bloguing passe par des hauts et des bas … Le fait de le savoir est déjà rassurant (de mon point de vue en tous cas). La persévérance est la clé … Continue sur cette voie et ne te soucie pas trop d’avoir des résultats sur le court terme… C’est ça qui mine le moral je pense ! Merci pour ton partage en tous cas !
    1+
  8. Hello Alexandre! Je perçois tout ton enthousiasme et ton envie de performer sur différents niveaux dans ton article 🙂 Je dois dire que, bloggeuse débutante, je n’avais pas imaginé que cela puisse prendre autant de temps. Mais si on ne pose pas ses limites, on s’investit quasi non stop et, effectivement, on y passe même ses week-ends. Je n’ai pas encore bien défini un cadre qui permette une progression pro et perso en harmonie. Par contre, pour ce qui concerne les résultats de ton blog, ce qui est certain c’est qu’on n’a jamais le contrôle sur tout et ce n’est pas évident à accepter. Comme toi, je fais une petite formation alternative sur le SEO pour que mes articles puissent être lus parce que c’est le nerf de la guerre.
    1+
  9. Bonjour Alexandre,
    Lire ton mail m’a fait un bien fou ! En te lisant, j’avais la sensation que tu étais dans ma tête et que tu décrivais ce que je suis en train de vivre.
    Enthousiasme, euphorie, beaucoup de travail, puis…fatigue, etc.
    J’ai donc fait le choix de me poser, de me reposer pour mieux repartir. Je me suis concentrée sur “mon” essentiel.
    Et, l’envie revient petit à petit.
    Je crois que nous habitons la même région, alors si tu le souhaites, peut-être pourrions-nous échanger de vive-voix pour encourager la motivation collective.
    Bravo pour cet article.
    1+
  10. , merci pour tes encouragements ! Oui, je suis d’accord, savoir qu’on n’est pas seul aide à mieux surmonter les moments creux. Mais je t’avoue qu’au bout de 6 mois, j’ai du mal à considérer être encore sur le court terme… Persévérant, mais impatient ? 😉
    0
  11. Merci pour ton commentaire, . Tu as très bien résumé cet article ! 🙂
    0
  12. Hello ! Je prends ça comme un joli compliment ! 🙂 Merci pour ton partage et content de voir que l’envie revient de ton côté. Oui, pourquoi pas, maintenant qu’on a le droit de sortir de chez nous ? On peut en parler par Messenger.
    0
  13. Bonjour Alexandre,
    Article passionnant pour la débutante-blogueuse que je suis, j’en retrouve les déboires et les espoirs (et même les tentatives de micro-siestes!). Merci pour ce coup de boost, non que je me réjouisse de ton mécontentement (temporaire, j’en suis sure!) mais parce qu’il résonne en moi fortement!
    Les hauts et les bas que tu racontes sont à l’image de la vie, la vraie force est de les transformer, comme tu le fais via une narration dynamique, en expériences positives!
    Un prochain article sur tes futurs contentements, j’espère!
    1+
  14. Bonjour et merci pour ce retour ! Tu trouveras sûrement dans mes bilans précédents d’autres éléments que tu as rencontrés ou rencontreras dans cette aventure. Ravi que ça te booste, c’est fait pour ça ! Promis, j’essaie en faire un plus auto-satisfait dans les tout prochains mois 😉
    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.