Apprendre à Trouver des Mots Clé ! Mon Défi Personnel – Ep. 2

0

Peux-tu le croire ? Trouver des mots clé, c’est devenu une obsession pour moi…

Mais je vais t’expliquer ça dans un instant, ne brûlons pas les étapes, .

Auparavant, dis moi : as-tu parié pour ou contre le succès de mon défi personnel, changer de vie ?

Si tu es ici, c’est que tu es curieux de savoir comment je m’en sors, pas vrai ?

Ça tombe bien, cet article vise à t’informer sur mes progrès, mes difficultés, mes espoirs

Sans filtre !

Allons donc droit au but, tel mon club préféré : ce mois-ci, c’est du mi-figue / mi-raisin. Même si je suis optimiste de nature, je dois reconnaître que plusieurs contrariétés m’ont empêché d’avancer aussi vite que souhaité sur mes blogs.

Au rayon développement personnel en revanche, le plan se déroule sans accroc. J’entretiens mes neurones en apprenant l’espagnol à bonne allure (après avoir dopé mon QI).

Voilà le programme enthousiasmant de cet article. Pour ne pas être dérangé, mets ton entourage sur pause pour quelques minutes. Et suis moi dans mes aventures !

Mon défi personnel : trouver des mots clé ?

Tu le sais si tu as suivi l’épisode 1, j’ai décidé de tenter l’extraordinaire aventure entrepreuriale. Et plus précisément de me lancer dans le blogging.

Or pour vivre de mes blogs, il me faut :

  • des blogs alimentés régulièrement…
  • … pour attirer du trafic
  • nouer le contact avec mes lecteurs
  • développer les blogs en suivant pas-à-pas la formation dans laquelle j’ai investi

Voyons pourquoi mes indicateurs ne sont pas tous au beau fixe. Et surtout ce que je compte faire pour y remédier !

Une écriture freinée pour trouver des mots clé et améliorer mon SEO

Écrire, ça prend du temps.

Non, ce n’est pas une énorme surprise. Mais à vrai dire, ça prend encore plus de temps que ce que j’imaginais. Parfois plus de 10 heures pour un seul article

Et le problème n’est pas tellement la panne d’inspiration. Au contraire, les mots ont tendance à me venir assez naturellement. Ce qui est bon signe pour la suite !

Ma vitesse de frappe dans ce cas ? Non plus ! Sans être sténo-dactylo et en ne me servant que de 6 doigts, j’estime me débrouiller pas trop mal.

Non, mon souci, c’est qu’écrire pour le web, ce n’est pas encore naturel. C’est vraiment une forme d’écriture à part entière.

La chasse aux mots clé

Comme je l’évoquais le mois dernier, il faut tenir compte du Search Engine Optimization (SEO). Kesako ?

En gros, ça consiste à séduire Google et consorts pour qu’ils comprennent de quoi parle mon article. Et surtout, qu’ils le placent en bonne position dans leurs résultats de recherche. On parle aussi de référencement naturel (par opposition au référencement payant).

J’ai ainsi découvert qu’il fallait trouver des mots clé sur lesquels on voulait se positionner. Mais avant de commencer à rédiger !

Bien avant même, puisqu’il est conseillé d’établir un calendrier éditorial. Qui consiste à planifier dans le temps les articles que l’on va écrire. Et donc les mots clé associés.

Or, dénicher ces fichus mots clé prend du temps. Il faut utiliser différents outils, parfois gratuits, souvent payants (ou alors en version limitée ou d’essai).

Pour trouver des mots clé qui attirent un trafic suffisant tout en n’étant pas trop concurrentiels. Histoire d’éviter de se confronter à des millions de résultats de recherche et/ou à des mastodontes du web qui auront toujours plus d’autorité que moi.

Résultat : j’ai tout juste tenu mon objectif minimum d’une publication par semaine sur ce blog (5 depuis mon dernier bilan, cet article compris). Pas si mal, diras-tu ?

Certes, mais je comptais lancer un second blog sur le Leadership, et celui-ci est au point mort… J’ai préféré prioriser pour le moment 11 mois pour changer de vie, car j’avais une étape importante à y atteindre avec le bonus. Je t’en parle après.

Une refonte de l’architecture du site

J’ai beaucoup lu sur le SEO en cherchant à mieux comprendre quelle stratégie adopter pour trouver des mots clé. J’ai ainsi appris pas mal de choses aussi sur l’importance des liens internes et l’intérêt d’organiser son site sous forme de silos.

En l’occurrence, il s’agit d’isoler au sein d’un même ensemble des publications qui ont trait à l’un des thèmes que j’aborde sur ce blog (Changer de vie / Congé sabbatique / Développement personnel).

Jusqu’ici, j’utilisais ces thèmes comme catégories, mais un même article pouvait appartenir à deux d’entre elles. Et je faisais des liens entre mes articles indépendamment de leurs catégories respectives.

Et visiblement, en SEO comme dans SOS Fantômes, “croiser les effluves, c’est mal” (comme le disait feu Harold Ramis).

J’ai donc décidé il y a quelques jours de reprendre complètement l’architecture de mon site. Autant le faire avant qu’il ne prenne trop d’embonpoint !

Ce qui est visible pour toi par une page d’accueil qui ne met plus en avant plus les derniers articles, mais les catégories présentes sur le site. Et par des liens internes beaucoup plus restreints, essentiellement au sein d’une même catégorie.

Bien trop tôt pour dire si cela portera ses fruits, mais je peux te dire que j’y ai passé quelques heures. Et acquis au passage la conviction qu’une formation au langage html ne serait pas du luxe !

Un trafic en berne

Le mois dernier, je t’annonçais fièrement que j’avais environ 50 visites par jour sur ce blog. Eh bien c’est moins que la moitié sur le mois qui vient de s’écouler (19 visites par jour en moyenne)…

Plusieurs facteurs ont pu y contribuer, à commencer, pourquoi pas, par la qualité des articles publiés ou la pertinence pour mes lecteurs des sujets que j’ai choisi d’aborder. Difficile toutefois d’en juger, car les retours sont encore peu nombreux via les commentaires.

Un autre facteur a probablement eu un gros impact : le mois dernier, je venais de parler de mon blog sur LinkedIn. Ce qui a amené beaucoup de visites dans les jours qui ont suivi (jusqu’à 100 / jour). Cette curiosité (bien légitime 😉 ) de mon réseau de 800 personnes satisfaite, le soufflé est retombé.

Et comme je m’y attendais, sur les réseaux sociaux, la nouveauté est reine. L’infographie ci-dessous de Maria Peagler te donne une idée de la “durée de vie” d’une publication sur les principaux réseaux sociaux. En clair, quelques heures (au mieux quelques jours) après avoir publié, tu es déjà oublié

Infographie durée de vie contenus web

Et très clairement, c’est ce que je constate dans mon cas : le trafic remonte à chaque publication d’article, pour redescendre à 5-10 visites par jour une semaine après la publication. C’est un trafic sous perfusion !

“La relève ! C’est la relève, les gars !”

A l’instar des légionnaires d’Aquarium, Babaorum, Laudunum et Petitbonum, j’attends donc impatiemment la relève ! Et la relève de ces réseaux sociaux, c’est le trafic amené par les moteurs de recherche. Souviens-toi, ceux pour lesquels je me forme au SEO !

Mais comme je l’indiquais le mois dernier, il peut être très long de figurer en bonne position dans les recherches de Google ou Bing. Et pour le moment, le trafic qui m’est amené par ces réseaux est très marginal.

Néanmoins, je veux croire à un frémissement sur ce plan. Quand je regarde le nombre de fois où mes publications sont apparues dans des recherches d’internautes (on parle du “nombre d’impressions”). Cette courbe commence à décoller :

  • 3,8 par jour en moyenne sur les 2 derniers mois
  • 5,5 par jour en moyenne sur les 28 derniers jours (+46%)
  • 8,1 par jour en moyenne sur les 7 derniers jours (encore +47%)

Bien sûr, il faut viser bien plus haut. Car en plus, seule une partie de ces impressions se convertira en visites. Je te dirai le mois prochain si mes espoirs ont été satisfaits.

Un bonus pour aider les candidats sabbatiqueurs

En plus de mes articles, j’ai bouclé la rédaction de mon “bonus”. Un cadeau que je remets à mes lecteurs en échange de leur inscription à ma newsletter (tu trouveras des formulaires à cet effet dans la barre latérale de droite ainsi qu’à la fin de cet article).

Au passage, la newsletter en question est encore à l’état de projet, elle devrait voir le jour dans les prochaines semaines, encore un peu de patience !

Idéalement, ce bonus est conçu de façon interactive, en questionnant les lecteurs du blog sur ce qui pourrait le plus les aider. N’ayant pas encore assez de trafic pour ça, j’ai eu la chance de pouvoir me baser sur plusieurs études réalisées sur le congé sabbatique.

Qui font toutes ressortir la contrainte financière comme la principale difficulté qui fait reculer les candidats à ce congé (appelons les “sabbatiqueurs”).

J’ai donc rédigé un petit livre électronique autour de cette question, pour identifier comment financer une année sabbatique. Au départ, je pensais en faire une sorte de rapport, un peu plus long qu’un article classique. Mais j’ai identifié tant de choses à aborder que cet e-book fait finalement 25 pages.

Il m’a fallu environ 15 jours pour le rédiger, tout en rédigeant en parallèle mes articles hebdomadaires sur le blog. Mission accomplie ! Je n’aurai a priori pas à y consacrer davantage de temps dans les prochaines semaines. Sauf si le retour n’était pas suffisamment bon et que j’envisage de changer de bonus.

Ce qui devrait donc me donner un peu de marge de manœuvre pour avancer sur d’autres sujets.

Ma formation progresse à petits pas

formation blogging

Image de Tumisu sur Pixabay

En parallèle de la rédaction des articles et du bonus, j’ai poursuivi ma formation en ligne en découvrant plusieurs nouveaux modules.

Mais là aussi, moins vite que je ne l’aurais souhaité. Pas tellement parce que ces modules prennent du temps (les vidéos durent entre 8 minutes et 1h20). Mais parce que la règle est de ne passer au module suivant qu’une fois toutes les consignes appliquées. Il y a donc des “devoirs” à faire :

  • liés au paramétrage technique du blog (la mise en place des formulaires pour s’inscrire à la newsletter, par exemple)
  • pour faire connaitre son blog, en en parlant sur d’autres blogs mieux établis
  • consistant à toujours plus étudier son auditoire, en participant à différents forums et groupes de discussion autour du sujet que l’on a choisi

Or ces devoirs peuvent prendre pas mal de temps.

Par ailleurs, le manque de trafic me semble être actuellement encore une limite pour mettre en place certaines des actions demandées.

Je dois ainsi organiser un “carnaval d’articles” qui permettra à plusieurs blogueurs d’écrire sur un sujet commun. Mais faute d’avoir établi des contacts suffisamment profonds avec d’autres blogueurs, l’expérience risque de tourner court. Je suis donc en stand-by tant que je n’aurai pas résolu cette difficulté…

En résumé : un blog qui avance bien, mais moins vite que prévu et qui ne rencontre pas encore ses lecteurs. Un second blog sacrifié sur l’autel des priorités et une formation qui progresse plus lentement que ce qu’il faudrait.

Bilan : peut (et va) mieux faire !

Axe mental : tournez méninges !

Je t’ai parlé la dernière fois de mes découvertes sur les dimensions physique et spirituelle de ma vie. Je te parlerai ce mois-ci de mes progrès sur la dimension mentale.

Le principe est simple : il s’agit de m’assurer de solliciter mon cerveau et d’apprendre des choses utiles durant mon congé sabbatique.

Bon, tu l’auras compris, le blogging par lui-même permet d’assurer une partie de cette mission ! 😀

Mais j’ai aussi profité de ces derniers mois pour engager deux autres actions de formation.

Un exercice utile pour doper ta mémoire

En premier lieu, j’ai suivi un conseil d’Olivier Roland dans son livre “Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études”. Dans la mesure où j’étais décidé à apprendre, pourquoi ne pas commencer par entraîner ma mémoire ?

J’ai donc suivi un programme sur 30 jours, le dual n-back, sensé booster la mémoire court terme et l’intelligence fluide. Rien que ça ! Il s’agit de retenir des suites de sons et d’images simultanés et d’identifier si la proposition actuelle correspond à celle faite n coups plus tôt.

Tu peux commencer à n = 2 (voire 1 pour te mettre en confiance), puis l’idée est de monter le plus haut possible. La difficulté consistant à actualiser continuellement dans ta mémoire la série des n propositions précédentes.

Il sort du cadre de cet article de t’en dire beaucoup plus, mais tu trouveras par exemple les principes de cette technique d’origine scientifique sur ce site. Pour ma part, j’ai utilisé l’application gratuite Brain Workshop.

Et je peux te dire que non seulement mes résultats se sont améliorés dans le jeu lui-même (je suis monté jusqu’au niveau 6, alors qu’initialement, le niveau 3 me posait des problèmes), mais j’ai constaté en parallèle une amélioration dans ma mémorisation des nombres.

Ce qui confirme la capacité de cet entraînement à développer tes compétences mnémotechniques dans d’autres domaines. Utile pour apprendre une nouvelle langue !

Mes grands débuts en espagnol

En effet, j’ai décidé de me former à l’espagnol. J’ai déjà écrit un article spécifique pour expliquer pourquoi. Je partagerai donc ici avec toi mes seuls progrès et retours d’expérience.

Depuis trois mois, j’apprends tous les jours ou presque (au moins 6 jours sur 7) de nouveaux mots ou expressions avec les applications MosaLingua et Memrise. Une seule pourrait suffire, mais je les trouve assez complémentaires (Memrise est plus chère mais propose des supports vidéos appréciables).

A la date, j’ai appris plus de 500 mots sans véritable effort : c’est un plaisir de travailler sur ces applications et je dirais que j’y consacre environ 20 minutes par jour seulement.

Ces applications étant basées sur le principe de la répétition espacée, elles m’indiquent par ailleurs qu’elles considèrent que plus de 350 de ces mots sont déjà dans ma mémoire long terme. Je ne devrais donc pas les oublier de sitôt !

Sur les prochaines semaines, mes efforts vont porter sur de la compréhension orale. Je n’ai pas encore regardé beaucoup de films ou séries en espagnol sous-titré français. Et j’ai regardé une seule fois le journal télévisé via internet, car à vrai dire je n’ai vraiment pas compris grand’ chose ! 😀

A mesure que je m’approche du bagage minimum conseillé de 800 mots, je devrais pouvoir m’y retrouver un peu plus. Et dans le pire des cas, j’entraînerai mon oreille aux sonorités.

A terme, je suis persuadé que trouver un correspondant via internet serait la meilleure façon de progresser. Mais la barre me semble haute pour le moment et je ne suis pas certain d’avoir le temps à y consacrer, en parallèle de la poursuite des leçons quotidiennes et d’autres compétences que je voudrais développer. A suivre…

L’aventure continue

Te voilà désormais à jour sur mes progrès durant mon congé sabbatique ! Comme tu l’auras compris, j’avance sur le blogging, mais pas aussi vite que je le souhaiterais. Il faut que je trouve une solution pour faire décoller durablement mon trafic.

Mais je découvre un nouvel univers et j’apprends plein de choses, ce qui est vraiment motivant pour moi. S’y ajoutent mes progrès en mémorisation et mes 500 premiers mots d’espagnol.

Je n’ai vraiment pas l’impression de perdre mon temps ! Tant mieux, car cela va déjà faire 5 mois que je suis en congé sabbatique.

Il m’en reste donc une grosse moitié pour relever mon défi personnel. Vais-je réussir à faire franchir un cap à ce blog, tout en lançant enfin celui sur le Leadership ? C’est ce que je te raconterai dans le bilan du mois prochain !

N’hésite pas à me faire part de ce que cela t’inspire dans les commentaires. J’espère te convaincre qu’une année sabbatique peut servir à réaliser plein de projets passionnants.

Jusque-là, c’est vraiment une expérience enrichissante pour moi. Et qui permet de me changer complètement les idées.

Comme toujours, sens-toi libre de partager cet article sur tes réseaux sociaux si tu penses que mon défi peut les intéresser également. Ensemble, nous donnerons peut être tort à Paulo Coehlo quand il dit (dans La cinquième montagne) :

“En ce moment, beaucoup de gens ont renoncé à vivre. Ils ne s’ennuient pas, ils ne pleurent pas, ils se contentent d’attendre que le temps passe. Ils n’ont pas accepté les défis de la vie et elle ne les défie plus.”

PS : tu peux consulter la suite de mes aventures dans l’épisode 3 !

0
Partage l'article sur tes réseaux sociaux :
  •  
  • 8
  •  
  •  
    8
    Partages
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.